Black Lives Matter: l’heure de la justice a-t-elle enfin sonné ?

Hello,

Aujourd'hui encore je me réveille outrée, enragée, fatiguée mais pas désespérée. Avec tout ce qui se passe en ce moment, depuis la mort de George Floyd, il y a quelque chose qui s'est réveillé en moi, et en vous. Une révolte, un "trop c'est trop", il est temps de rendre à César ce qui est à César : le respect vis-à-vis des hommes et femmes noir.e.s et la reconnaissance que la vie des noirs a de la valeur. Trop de sang a coulé, trop d'hommes et femmes noir.e.s y sont restés, tués par ceux qui sont censés nous protéger. Leur crime? Leur couleur de peau. Ridicule hein? Et pourtant c'est le monde dans lequel nous vivons.

Pour ceux et celles qui me lisent depuis un petit temps, vous savez que je n'aime pas brûler les étapes. Alors commençons par le début, pour mieux comprendre pourquoi et comment le mouvement militant Afro-américain 'Black Lives Matter', que l'on peut traduire par 'La vie des Noirs compte', a vu le jour, et pourquoi il est important même en dehors des États-Unis.

Black Lives Matter: la Genèse

Le mouvement 'Black Lives Matter' ne date pas d'hier, il voit le jour après que l'artiste et activiste Afro-américaine, Patrisse Cullors, ait réagi à la publication Facebook de l'activiste Alicia Garza en ajoutant l'hashtag #blacklivesmatter, le 13 juillet 2013 pour être exacte. Date qui marque l'acquittement de George Zimmerman, un citoyen Américain qui avait tué par balle le jeune Afro-américain Trayvon Martin en février 2012. Suite à cette frustration,  les deux femmes décident de fonder le mouvement 'Black Lives Matter' ensemble avec la militante des droits de l'homme, Opal Tometi. Après la mort de Martin, s'ensuivent d'autres morts d'Afro-américains:

Jordan Davis, 17, tué alors qu'il est garé dans le parking d'une station-service avec ses amis pour acheter des chewing-gums.

Renisha McBride, 19,  tuée par balle par Theodore Wafer alors qu'elle frappe à la porte de ce dernier après avoir eu un accident de voiture.

Eric Garner, 43, tué le 17 juillet 2014 par l'agent de police Daniel Pantaleo qui le plaque au sol en utilisant une technique d'étranglement interdite par la police. Garner déclare plusieurs fois qu'il n'arrive pas à respirer, et la phrase "I can't breathe" deviendra plus tard un cri de ralliement national. Aucune poursuite pénale n'est engagée contre Pantaleo, et ce n'est qu'en août 2019 qu'il est viré de son travail au sein de la New York City Police Department (NYPD), soit plus de cinq ans après les faits.

John Crawford III, 22, abattu par un agent de police le 5 août 2014 alors qu'il se trouve dans un magasin Walmart avec sa copine, où il tenait un pistolet en jouet qu'il venait de ramasser dans le magasin.

Michael Brown, 18, abattu par l'officier de police Darren Wilson à Ferguson, dans l'état du Missouri. Brown n'était pas armé et aurait été —d'après le rapport d'autopsie— abattu dans le dos à bout portant. La mort du jeune homme a suscité des manifestations et des émeutes dans la ville de Ferguson pendant plusieurs jours.

Tamir Rice, Laquan McDonald, Freddie Gray, Philando Castile, Sandra Bland et bien d'autres. Tous tués par la police alors qu'ils étaient non armés. Toutes ces personnes ont une seule chose en commun: leur couleur de peau. Abattus par des citoyens ou les forces de l'ordre, qui eux également ont quelque chose en commun: leur couleur de peau. 

Les statistiques montrent que les Noirs Américains ont 2,5 fois plus de "chance" d'être tués par la police que leurs compatriotes blancs. Mapping Police Violence, la base de données la plus complète d'Amérique sur les meurtres commis par des agents de police, montre également que la police a tué 1.098 personnes en 2019, dont 24% étaient des noirs. Vous trouvez que ces chiffres ne représentent pas grand-chose? Les Afro-américains ne représentent pourtant que 13% de la population...

pexels-photo-4552828

Photo de Kelly Lacy sur Pexels.com

Georges Floyd: la Révolution?

Le 23 février 2020, Ahmaud Arbery, un jeune homme noir de 25 ans, est poursuivi et abattu par deux résidents blancs armés dans un quartier résidentiel de Brunswick, en Géorgie, alors qu'il fait son jogging. Ce crime de haine a suscité une forte émotion dans les États-Unis et même en dehors du pays. Quelques jours plus tard, le 13 mars 2020, trois agents de police de Louisville entrent dans l'appartement de Breonna Taylor en défonçant la porte au beau milieu de la nuit avec un mandat de perquisition. Son petit-ami, qui détient un permis de port d'arme, ouvre alors le feu en légitime défence, en pensant que quelqu'un entrait chez eux par effraction. Les policiers répliquent et tirent à plusieurs reprises sur le couple. Taylor est touchée par au moins huit balles. Son petit-ami, Kenneth Walker, s'en sort miraculeusement, mais elle non. Alors que la nation est encore sous le choc de ces deux affaires, surgit une vidéo choquante sur les réseaux sociaux quelques semaines plus tard. La vidéo montre un policier blanc appuyer fermement son genou sur la nuque d'un homme noir à terre, et visiblement au bord de l'asphyxie. L'étranglement dure 8 minutes 46. Cet homme s'appelait George Floyd. La vidéo choquante fait le tour du monde, déclenchant ainsi un tollé général et une vive émotion à Minneapolis et dans les quatre coins du globe. Le meurtre de Floyd c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, l'élément déclencheur de ce qui ressemble rudement au mouvement Afro-américain des droits civiques. l'Amérique réclame la justice. De la côte Est à la côte Ouest, les gens descendent dans les rues pour manifester et crier haut et fort que "la vie des Noirs compte". Très vite, les protestations prennent une dimension mondiale. Plus de 18 autres pays se joignent au mouvement Black Lives Matter, dénonçant eux aussi le racisme et la négrophobie règnant dans leur pays. 

Adama Traoré

En France, la famille d'Adama Traoré—un jeune homme Noir de 24 ans qui décède le 19 juillet 2016, peu de temps après son interpellation —exige toujours des réponses et réclame que justice soit faite suite à ce qu'elle déclare être une bavure policière. Après plusieurs expertises et contre-expertises médicales, les vraies circonstances de sa mort restent floues et l'affaire devient un véritable marathon judiciaire. La famille aurait déposé plainte pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner" en 2016, mais quatre ans plus tard, les gendarmes impliqués dans sa mort n'ont jusqu'à présent pas été inculpés. La mort d'Adama devient alors un symbole des violences policières, provoquant plusieurs manifestations, dont le dernier le mardi 2 juin 2020, où plus de 20.000 personnes réunies à Paris éxigaient la "justice pour Adama". Quelques jours plus tard, le 8 juin dernier, coup de théâtre: le président Emmanuel Macron demande à la garde des Sceaux (ministre de la Justice), Nicole Belloubet, de se pencher sur le dossier du décès d'Adama Traoré. La famille aura-t-elle enfin les réponses à ses questions? 

Pourquoi pas 'All Lives Matter'?

Pour terminer je pense qu'il est très important de clarifier ce point. Ce slogan était une réaction au mouvement Black Lives Matter et est perçu comme une attaque ou une façon de discréditer le combat des Noirs. Pour ma part, c'est encore une façon d'exercer la suprématie blanche. Il n'a jamais été question de dire qu'uniquement la vie des Noirs avait de l'importance ou plus d'importance que celles des autres, mais de dire que nos vies comptent tout autant que celles des autres et que nous ne méritons pas d'être traités comme si nous ne valions rien. Le suprématisme blanc s'est montré au fil du temps sous plusieurs facettes: l'esclavage, la ségrégation, le Ku Klux Klan, la colonisation, et aujourd'hui elle se manifeste encore par le racisme et les bavures policières. Clamer haut et fort que la vie des Noirs compte, c'est tout simplement mettre en lumière les injustices que subissent les Noirs, sans pour autant dire que c'est plus grave que ce que d'autres communautés peuvent subir. 

Petit mot de la fin: prenez soin de vous. Nous vivons une période difficile mais importante, et cela peut affecter le mental. Même s'il est important de continuer le combat (partagez, parlez, protestez, signez des pétitions, etc.), il est également nécessaire de prendre du recul de temps en temps pour prendre soin de votre santé mentale.

With love,

Jarcha

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.