Cette année, je me sépare de mon ennemi

Hello,

Tout d’abord, bonne année. Si vous êtes là à cause (grâce?) du titre, je vais devoir vous décevoir, no drama over here! Mon ennemi ce n’est pas un ex qui m’a brisé le cœur, ni une vieille amie toxique et encore moins un travail que je n’aime pas. Mon ennemi est quelque chose que beaucoup d’entre nous avons en commun. Je vous explique.

giphy-downsized

Aujourd’hui, pas demain

Il y a des articles que j’ai commencé à écrire en 2017, j’en ai même trouvé qui datent de 2016. Yep. Ma procrastination fait que je ne les ai jamais terminés, alors que j’avais tellement envie de partager ma première expérience à Afro Punk par exemple, les voyages avec ma sœur ou encore mon déménagement à Lisbonne il y a exactement un an. Mais rien.  L’année 2018 écoulée, et voici une nouvelle année mais pas de réelles résolutions, si ce n’est que d’aller au bout de mes idées. J’ai les idées plein la tête mais un ennemi que j’ai déjà cité plus haut: la procrastination, cet art de remettre à demain ce que je peux/veux faire aujourd’hui. Alors STOP! Et j’ai eu le temps de réfléchir un peu au pourquoi du comment. Je suis loin d’être une flemmarde, encore moins une trouillarde, j’aime sortir de ma zone de confort de temps en temps et expérimenter de nouvelles choses. Mais pour le coup en ce qui concerne mes projets perso, il m’arrive d’avoir des pensées qui me paralysent. “Laisse tomber, ça ne marchera pas” ou encore “Mais tout le monde le fait déjà, personne ne te lira/t’écoutera/regardera”. Du coup mes rêves me hantent. Je ne peux plus fermer les yeux sans que mes ambitions ne dérangent même mon âme, qui elle n’a pourtant rien demandé. Le seul moyen de m’en débarrasser? Me bouger le c**, oublier le “qu’en dira-t-on” parce que ça tue bien des rêves.

Quelqu’un a dit un jour que l’endroit le plus riche sur terre était le cimetière, car beaucoup sont morts avec leurs dons, talents, rêves et que le monde en a jamais profité. I felt that. J’aimerai user mes rêves, utiliser mes dons et mes talents tant que je suis en vie, car après ce ne sera plus possible. C’est maintenant, pas demain. Je ne sais pas de quoi est fait demain, et toi non plus. Tout ce que je sais c’est ce don et ce talent que le bon Dieu m’a donné, et que je prends trop souvent à la légère. Alors toi qui me lis, qu’as-tu qui te vient du ciel? Qu’ est-ce qui t’empêche d’utiliser tes talents et de travailler dur pour vivre ton/tes rêve(s)? Cette nouvelle année est une opportunité pour nous tous de remettre les compteurs à zéro, d’enfin commencer et même de recommencer (pour ceux qui ont échoué dans le passé et qui se sont découragés). Et si tu ne sais pas par où commencer et que tu te demandes même si tu as un réel objectif et des ambitions dans la vie, prends une feuille blanche et écris. Oui, écris. Tout ce qui te passe par la tête, ce que tu aimes/ce que tu n’aimes pas, les compliments que tu as déjà reçu (quelque chose en rapport avec ton caractère par exemple). Écris tes passe-temps préférés, tes livres préférés, les choses que tu aimais faire quand tu étais enfant, même les choses qui te semblent insignifiants et ridicules. Écris-les. Ensuite relis-toi, médite ce que tu viens d’écrire et prie. Demande à Dieu de te montrer par quelque moyen que ce soit quel est ta vocation dans la vie.

J’ai découvert une plus grande peur que celle de faire le premier pas. C’est celle de passer à côté de ma vie. Ma vraie vie, pas celle où je me sédentarise pour une vie que je ne mérite pas. Pas celle où je sacrifie mes ambitions pour ‘survivre’. Imaginez arriver à la fin de votre vie, et là on vous montre le film de votre vie: “regarde, tu aurais pu être ça et ça et ça, si seulement tu avais mis ta peur de côté et avais fait le pas de te battre pour tes rêves.” C’est terrifiant, d’autant plus qu’il sera trop tard. Beaucoup trop tard.

Besos!

J.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Partager:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.